Chaque visage est le Sinaï d'où procède la voix qui interdit le meurtre - Lévinas

Psychanalyse et psychologie

Transmis par l'intermédiaire de FRDM via la liste de diffusion d'InterCoPsychos le témoignage courageux, passionné, passionnant, que nous vous encourageons vivement à lire...



-------------------

 

Une psychologue exerçant en CMP et dans une unité d'hospitalisation psychiatrique nous adresse un témoignage, sa lecture, et sa prise de position à propos des conclusions par M. Jouvin, d'un sous-groupe de travail de la commission Couty sur l'application du Plan Psychiatrie et Santé Mentale. Voir nos Instantanés précédents. Le texte intégral de la prose de Monsieur Jouvin wink est attachée à ce message.

 

Nous remercions Anna Liseux de cette contribution.

 

 

 

J'ai passé la journée d'hier avec le collège de psychologues de l'Institut Camille Miret à Cahors. Cet institut assure toute la prise en charge psychiatrique dans le département du Lot. Nous avons pu consacrer une partie de notre journée de travail à la lecture et commentaire de la prose de Monsieur Jouvin. J'ai cru comprendre que le collège de psychologue n'en restera pas à la lecture mais fera savoir sa position.

 

Je sais que d'autres collèges de psychologues s'apprêtent à faire de même, peut-être samedi à Strasbourg.

 

 

 

La liste de diffusion d'InterCoPsychos prendra sa part à la réplique en diffusant les textes, individuels et collectifs, qui lui seront adressés.

 

 

 

Jean-François Cottes 

 

 

La fonction de psychologue

 

Par Anna Liseux

 

 

 

Rien dans les études de psychologie ne m'a conduite à penser et envisager la fonction de psychologue comme une technicité ou un savoir-faire comportant des outils spécifiques.

 

Notre formation universitaire était d'abord une invite à travailler sur soi-même, à interroger notre désir de devenir psychologue et à réfléchir sur le sens et le contenu de notre formation. Cela passait par une ouverture, forte, à la rencontre d'autres champs de pensée : anthropologie, ethnologie, psychologie de l'enfant, psychopathologie, psychanalyse, philosophie, études d'œuvre d'art, biologie, tests projectifs…

 

Il était attendu de chaque étudiant qu'il construise lui-même son chemin : jamais en ce sens ses études ne pouvaient être une simple acquisition de savoirs différents. Il fallait pour chacun affiner son propre parcours et chercher chemin faisant  au long de ses études et de sa vie professionnelle ensuite, l'orientation qui lui semblait la plus juste non pas pour maitriser un savoir mais pour se libérer toujours plus de tout savoir déjà tracé.

 

A côté de cette formation universitaire  assez longue (maitrise, DESS, DEA …) bien des psychologues de ma génération (formés dans les années 70/80) ont engagé une psychanalyse personnelle. Cette expérience, décisive, aura aussi eu pour conséquences d'axer leur écoute clinique dans le renoncement à tout outillage technique, faisant donc le choix de la seule rencontre de parole. 

 

Pour ma part il est devenu exclus dès la fin de ces études de faire passer quelque test que ce soit aux personnes que je rencontrais parce que ma façon d'entrer en relation avec un  patient  n'était en rien d'obtenir des informations sur lui mais de cheminer avec lui dans une rencontre de paroles, vers ce qui était sa question, en restant attentif au trajet de cette question en moi-même.

 

Rencontre engagée, de part et d'autre où la neutralité n'empêchait en rien les affects  et un engagement affectif.

 

Prenant connaissance aujourd'hui  du rapport d'un petit groupe de travail composé essentiellement de psychiatres et de chefs d'établissement , rapport qui se voudrait « Note et propositions portant contribution aux travaux de la commission Couty », je ne peux que constater non seulement une hétérogénéité entre nos positions concernant la définition et l'exercice de la fonction de psychologue, mais bien plus une incompatibilité radicale entre ce tissu de représentations imaginaires concernant le métier de psychologue ici caricaturé à souhait et relevant d'une ignorance des enjeux cliniques , avec ce que moi-même et d'autres misons: 

 

Nous avons d'une part  avec  ce groupe de travail, la représentation du psychologue comme auxiliaire du médical, outillé techniquement à obtenir un savoir sur le patient, ayant à répondre aux besoins du corps médical comme des usagers, et travaillant donc sous prescription médicale.

 

Et de l'autre, un psychologue qui n'a pas de représentation à priori de sa fonction, et dont le parcours de formation aura exigé qu'il soit libre du choix de ses références  et ait à en répondre pour lui-même et devant les autres si nécessaire.

 

J'insiste sur ce point: rien dans ma formation et mon cheminement ne m'a et ne me conduit à élire le savoir médical comme le référent majeur dans mon travail.

 

J'ai pour ma part été recrutée après un entretien avec le médecin chef du service qui m'a interrogée sur mes orientations personnelles, les respectant tout à fait et m'invitant à poursuivre mon travail dans son service. Jamais d'ailleurs il ne se serait permis de fixer les orientations de travail des uns et des autres pourvu qu'éthiquement elles soient respectables et que nous puissions les soutenir. Cette liberté qui a comme contre partie une exigence certaine, je l'ai retrouvée avec le médecin-chef qui a succédé à ce poste.

 

Il était connu dans ce service que les psychologues avaient un positionnement orienté par l'expérience de la psychanalyse. Et ceci laisse chacun de nous dans la singularité de son parcours et de ses positions.

 

Le fondement de la position du psychologue clinicien consiste à réaliser des entretiens thérapeutiques.

 

Pour ma part je ne crois pas qu'un travail thérapeutique puisse faire l'objet d'une prescription médicale. Car cela induirait cette thérapie dans un sens qui ne peut être le notre, puisque un de nos enjeux est de pouvoir remettre en question la notion même de maladie telle que la médecine et la psychiatrie l'entendent.

 

Peut-être est-ce le fait d'avoir travaillé près de 20 ans en dehors du champ médical  qui m'a fait rester vigilante à tenter de me tenir à distance aussi bien des discours juridiques que médicaux et psychiatriques.

 

Ce qui apparait bien souvent comme un couplage infirmier/médecin reste pour nous à interroger. Pas plus  le métier d'infirmier ne consiste à « piquer les patients » et donner des traitements pharmacologiques, pas plus le métier de psychologue ne consiste à appliquer une quelconque technologie standard sur les patients.

 

La place du psychologue au sein d'une équipe pluridisciplinaire comme avec chacune des personnes qu'il est amené à rencontrer est une invite à cheminer soi-même avec d'autres afin de déconstruire toutes ces évidences aliénantes pour faire résonner de vraies questions.

 

Notre seul appui est de croire dans l'importance de la parole, de la parole et du silence partagés. Rencontres de parole entre deux personnes, non pas l'une sachant et l'autre ignorante, mais chacune engagée, certes à des places différentes, dans un cheminement où le savoir conscient et inconscient se fait recherche commune. 

 

C'est en nous appuyant sur ce que nous ne savons pas que nous pouvons cheminer.

 

D'où l'existence et l'exigence d'un temps FIR pour le travail du psychologue. Car, contrairement à ce qu'en pense ce petit groupe de travail, il n'a pas été mis en place pour rien, et rappelons le, il existe depuis que la fonction de psychologue s'est officialisée. Il est inhérent à la fonction de psychologue telle que nous la soutenons. C'est l'absence de tout représentation définie par d'autres de cette fonction qui oblige chaque psychologue  à se situer lui-même chemin faisant, et pour ce faire à ne pas cesser de poursuivre sa formation: participer à des séminaires de travail, faire des contrôles, écrire, publier, transmettre ses questions aux jeunes psychologues, et aussi refuser de répondre aux besoins et aux demandes qui font de nous des auxiliaires. Ce temps FIR devrait être exigé de tout psychologue: il veut dire engagement personnel à inviter l'institution, psychiatrique ici, à prendre le temps et l'espace d'interroger ce qu'elle produit: réfléchir  sur la place et le sens des traitements, sur le sens, l'enjeu, la durée des hospitalisations, sur ce que veut dire  « maladie psychique », sur les langues qui en parlent, sur ce qui se pratique ailleurs  aujourd'hui, et sur ce qui se pratiquait ailleurs dans d'autres civilisations. Sinon l'on oublie et l'on dénie l'énigme que constituent la folie et son histoire. Et qu'il arrive qu'elle  puisse être adressée et entendue pourvu que l'on soit à cette place de l'accueillir. Et c'est arrivé qu'elle le soit. Tout comme il arrive que des hommes et des femmes pensent que les catégories de la psychiatrie ne sont pas les meilleures pour entendre un délire. De même nous sommes nombreux à penser que la fréquentation des artistes et de leurs œuvres est un enseignement au moins aussi important pour réfléchir à la folie que ce qu'apporte la nosographie psychiatrique. Il suffit de fréquenter les textes d'Artaud. 

 

Parfois d'ailleurs le choix n'est plus à faire.

 

Les chemins d'énonciation sont multiples, mais à chacun de trouver le sien et de le suivre.

 

Je n'ai pas prétention de dire à un psychiatre quel est son travail. Je n'attends pas non plus de quelque psychiatre que ce soit qu'il  définisse ma place. J'en prends la responsabilité.

 

 

 

Paris, Décembre 2008.

18/12/2008
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment