Chaque visage est le Sinaï d'où procède la voix qui interdit le meurtre - Lévinas

Cécile Hug, artiste plasticienne - L'entre jambe

Cécile Hug, artiste plasticienne -  L'entre jambe
@Cécile Hug

L'entre jambe, au fil des sensations  

 par Virginie Megglé  

 

Il est des espaces féminins, comme des territoires, non pas à conquérir, mais à découvrir  pas à pas ... Tout doucement…  Heureusement...

 

C’est par la fente d’un pubis que j’ai pénétré, entre imaginaire et réalité, dans celui de Cécile Hug… L'attraction étant délicieuse, je me suis laissée aspirer dans ce qu’elle laissait présager de plaisir intime et savoureux, sans hésitation. Comme si soudain j’avais non pas l’occasion de (me) regarder mais de (me) vivre. D’oser peut-être me découvrir… un peu plus. Et, me faufilant dans les variations créatives que ce lieu du corps a pu inspirer à l’artiste, je me suis trouvée face au sexe non pas en position de voyeur, ni de voyeuse d’ailleurs, mais de vivante voyageuse.

Place à l'hétéroclite, au composite, à l’hybride. Des éléments de nature sauvage, - végétale ou animale -, se côtoient, subtilement agencés sur le papier, pour dire l'indicible de cet endroit du nu, sa transparente fragilité.  Les visions inattendues que nous en propose Cécile par l’intermédiaire de cet assemblage de matières semblent réinventer l’harmonie. Etrange et douce, la sensation de plénitude qui en émane nous renvoie au mystère sans cesse renouvelé de ce coin de l'entre deux qui attire et se retire, entre impossible à voir et désir de montrer ...



Être, c’est devenir, c’est se dire, c’est créer, c’est oser

À l'écoute de l'inconscient tout en découvrant le travail de Cécile, je me sens en syntonie, avec ce que je ressentais, petite et toute jeune fille. Je n’éprouvais alors pas le besoin de parler de mon sexe, mais le désir de le vivre, avant qu’on ne m’intime que je devais en manquer.

Il n'y a pas si longtemps, en effet, au cœur du XX ème, il était courant qu’une petite fille s’entende dire qu'elle n'avait pas de sexe, au prétexte peut-être que le sien ne pouvait s’ériger, tel un menhir, pour revendiquer sa part de virilité ...

Et, Simone de Beauvoir, en 1949, a affirmé le sien, comme étant le deuxième, après celui de l’homme, pour asseoir son pouvoir.

Il s’agissait alors, pour une femme, de ne pas se laisser mépriser et c’est autour de cette absence (de considération masculine) que nombreuses sont celles qui ont tenté de s’affirmer « à l’égal » d’un homme. Du phallus, devenu le signifiant du manque, elles devaient s’en armer… Réflexe compréhensible pour résister à ceux qui refusaient de les considérer à part entière… Mais curieusement il en allait alors comme si une certaine société représentée massivement par le corps masculin faisait subir, par un détour pervers, aux femmes, la castration même que moult représentants de cette société les accusaient d’opérer sur les hommes ; leur interdisant de fait d’exister à travers une expérience personnelle de la sexualité.

« Les femmes voulaient un sexe d’homme ou n’en auraient pas ! »

 

Répondant à un élan vital, une autre notion du corps féminin a toujours  voulu se faire connaître. Et la démarche artistique de Cécile Hug nous convainc de son bienfondé ... N'en déplaise aux fondamentalistes de la psychanalyse, en dehors de ses névroses, une femme n'a besoin ni de l'adoubement du mâle ni de son phallus, aussi symbolique soit-il, pour devenir ... Mais d’acter elle-même sa naissance en entérinant son inscription sociale à travers son sexe et la façon dont elle le vit, hors du discours courant.

 

Il serait alors question ici pour l’artiste, de se découvrir et d’affirmer, aussi joyeusement que possible, sa liberté.

"Je ne me reconnais pas dans l'affirmation d'un "deuxième sexe", dit-elle Ce n'est pas l'égalité  des sexes que je cherche, mais la liberté "...



Vivre c’est éprouver, c’est expérimenter

Ce lieu, ce territoire, n’étant pas naturellement accessible au regard féminin – il ne s’agit pas pour elle de chercher à le voir  (ni d’explorer avec un regard extérieur d’où elle provient)- mais de l’éprouver par tous les sens, sous toutes ses coutures – et de le révéler, l’habiter, le peupler, le dénuder, l’habiller en fonction des émotions et des sensations qu’il lui procure.  Grave et ludique à la fois tout en affirmant pudique son plaisir à créer.


La révélation du sexe féminin et son inscription toute féminine dans le monde de l’art, c’est par touches sensibles qu’elle y procède, avec une sorte d’espiègle ingénuité et un sourire confondant de tendresse qui laissent paradoxalement percevoir sa détermination et l’ambition de sa démarche! Ingénuité, entendons bien le mot, dans son sens premier : qui relève de la nature, de par sa naissance … Qui procède d’un caractère inné, au même titre que naïf, devenu péjoratif dans la bouche de ceux qui, naturels, ont oublié de l’être, à la faveur de quelque prétention à la supériorité culturelle. Comme si la culture devait supplanter la nature !

Il n’est pas anodin que pour accomplir son œuvre, Cécile éprouve le besoin de s’immerger dans la nature… Elle y puise son inspiration et récolte un à un les  éléments qui viendront s’ajouter au trait de son crayon, aux couleurs de ses pastels et composer en une étrange et ravissante communion chacune de ses sculptures imaginées autour de ce V délicat que dessine naturellement l’esquisse prometteuse de l’entrecuisse féminin…


Cécile Hug trace par touches minuscules les contours sensibles de ce territoire, nous emmène dans son infinitude et embarque notre regard … à l'écoute de ses bruissements. 

 

Ici, c’est la pose délicate, sur le pubis, d'une libellule qui attire notre attention et le frôlement merveilleux de ses ailes transparentes finement imprimées.

Un peu plus loin, ce sera la visite d'un scarabée qui nous étonnera, son avancée sur le sexe et … quelques lignes rouges témoignant de la déchirure, que symbolisent les saignements, comme pour nous rappeler que la grâce féminine ne va pas sans de troublantes manifestations.

Là, l'effleure d'un papillon, sa légèreté bien sûr, son voile, qui nous invite à une discrète indiscrétion tandis qu’il se confond avec la peau et nous confond. Ou bien encore une Edelweiss nous suggérant que le Mont de Vénus a bien quelque chose de l’Everest !  

Et quand la Monnaie du Pape le sublime en un étrange slip, on comprend que rien ne viendra condamner le triangle sacré… Le sexe ici est bon et propre, il sent les champs, la paille, la brindille, la campagne… Et s’il rappelle qu’il peut être douloureux, avec ses règles irrégulières,  ses trainées de sang, ses sensations d’envahissement, de démangeaison, de frottement, l'attention créatrice que l’artiste lui porte apaise…  

Des poils - ou des éléments qui en tiennent fonction -, des brins de folle avoine, de minuscules carapaces d’insectes, des pellicules de « je ne sais quoi », des « pas riens », des « tout juste ça » ... Chaque détail, participant à un désir d’harmonie farouchement défendue, trouve sa place précise. Et quand les couches se superposent c’est toujours avec la même finesse dans l’intention…

Le hasard guide la matière recomposée, des métaphores nous racontent l'imperceptible, le délicat, la montée du plaisir, l’infime caresse… rien n'échappe aux sens que le goût de la vie met en éveil.

C'est avec son corps entier que Cécile Hug se met à l’écoute du monde et compose, de fil en aiguille, ses hymnes à la vie ... Un point en suggère un autre qui en appelle un troisième, on devine comme un procédé musical dans l’alliance des matières ou leur superposition…  

Œuvre d'art with Libellule

"J'ai un amour profond pour mon travail" dit-elle, et de cet amour on ne peut en douter,

Il est si délicieusement contagieux qu'à travers lui on se découvre n'aimant que mieux la vie en son essence primitive rien qu’en observant ce en quoi la nôtre s'origine ...

 

Certaines femmes ont pu douter de ce qu'elles éprouvaient... Le discours dont elles se sentaient exclues aura eu raison d’elles. Mais ici, aucune hésitation … L’artiste en interrogeant sa propre expérience, avec un bonheur qui défie les lois de la gravité, incite à se mettre aussi gaiement à l'écoute de soi ...  L'oreille se tend et interroge le regard… L’attention portée à ce lieu du féminin laisse entendre de l’inédit. Il est en effet autant question d'écoute que de regard, même si c'est le regard qui nous donne à entendre. Notre perception est sollicitée là où la profondeur affleure. Un frisson d’évidence nous parcourt …

 

Ni Eros ni Pornos …  On prend un immense plaisir à découvrir ce travail, tout en subtilité, pudique et révélateur à la fois. La jubilation plus ou moins secrète qu’il procure fait acte de foi ! On ne peut douter, en le découvrant, ni de la puissance du plaisir féminin ni de sa spécificité. On sent que son travail comble profondément Cécile Hug. En réponse à un besoin vital …



Le corps féminin s’invite dans le monde et s’invente…

"Avant de me mettre au travail, je réfléchis au sujet", dit-elle. On devine qu'elle réfléchit avec son corps, avec sa chair, avec ses nerfs, avec sa pulpe…« C’est toute la construction de ma féminité ... Le premier poil, les premières règles ... » poursuit-elle. L'imagination féconde de la fillette, de la jeune fille, de la femme, de la mère qu’elle est aussi, témoigne de sa rencontre avec le monde, quand la découverte de l'extérieur enchante l'intérieur, le surprend, le fait frémir, de joie ou d’inquiétude.

 

Un lien tendre alors se tisse entre l’objet révélé et le spectateur qui le découvre…

 

"C’est une partie du corps en mouvement, qu'on décide ou pas d'épiler, assez végétal à ce niveau le corps" dit-elle encore, "Un territoire où il se passe plein de choses" ...

 

L’expression iconoclaste de cette féminité s’anime en moi avec une puissance bien particulière, je pense à toutes ces jeunes filles et ses femmes qui viennent anonymement vers moi, pour se rassurer d'être et échapper aux discours excluant le plaisir.

 

"Ça me prend le haut du crâne, ça me prend une partie de cerveau", poursuit Cécile.

La tête est sollicitée, fortement,  avant que les mains ne  traduisent ce que ce territoire lui inspire.  Le cerveau joue son rôle de catalyseur transmetteur, quand l’artiste se met au travail, c’est bien avec son être tout entier.

 

Je vis en partage la force de sa délicatesse sans mièvrerie, l'amour qu'elle a pour ses œuvres, son attachement joyeux. « Celui-là, je me le suis fait pour moi » dira-t-elle d’une de ses pièces.

 

Ses œuvres sont autant de paysages ouverts sur la sensualité. Je suis émerveillée de ne jamais éprouver le moindre sentiment d’impudeur, au cours de cette incursion dans l’intime où je me sens parfois moi-même fidèlement mise à nue.

 

La ficelle poilue dit la culotte avec humour ... L'asymétrie rappelle que les sensations ne se passent pas à droite et à gauche de la même façon… Rien n’est immobile …

Le féminin s’invente à plaisir, racontant l’entre-jambe dans le creux duquel nous avons pris naissance, son tracé singulier, à la lisière du dedans et du dehors, du connu et de l’inconnu, de l’inné et du vécu, de l’inspiration et de la matière …   Me voilà rendue aux origines de ma féminité, par ce travail minutieux de couture, de broderie, de dentellière revisité …

 

D'une enthousiasmante minutie, il s'apparente -  y compris dans le mystère qu'il inclut et l'inconnu qu'il suppose -, à celui qui est à l'origine même de la vie...

Nous sommes des êtres de matières subtiles, subtilement agencées... Prenons chacun naissance dans un univers particulier, tout comme chaque œuvre de Cécile se laisse inspirer par le cadre organique, biologique, naturel, géographique dans lequel il prend vie.

Posant sans cesse la question de l'origine, l'artiste par son travail rend à la nature sa dimension d'œuvre d'art ! Comme si elle voulait nous inviter à reconsidérer la vie, en son essence, avec douceur...

 

La femme telle qu'elle la révèle entre en écho alors avec le regard tendrement enfantin de Courbet s'attardant avec ses yeux d’homme sur ce lieu de notre intimité que femme nous ne pouvons voir.  Et le travail de Cécile trouve, comme … naturellement, sa place auprès de celui de l’artiste du XIXème, rendant la contemplation amoureuse de Courbet plus encore émouvante. L'homme observe ce lieu étrange et mystérieux d'où il provient... Tandis qu'elle nous invite à le vivre! Elle et lui portés par le même don de curiosité.

... Ainsi va l'origine du monde de Cécile Hug. L’inventivité de son dialogue avec la nature nous propulse dans un univers féminin, peut-être, oui, assurément, mais aussi celui d'une femme ne déniant pas sa part de virilité: c'est-à-dire l'acceptation d’une puissance lui permettant de s'affirmer, ouvertement, avec talent, détermination et intelligence.


Virginie Megglé


Septembre 2014

 

 

 

 

Cécile Hug Expositions à venir : 

 

  • Le corps orchestre Sensorial Art Store  

Avec le soutien du centre d'arts visuels de Catalogne et du ministère de la culture catalanManresa, Catalogne, 

Février 2015 

 

 

  • Intimenta  Exposition collective, à partir d'une invitation de Paul-Armand Gette 

 

Galerie Une poussière dans l'oeil, Lille
Mai-juin 2015  

  

 

 

Galerie Porte Avion, Marseille 
Hiver 2015

 

 

 


Livres aux Éditions derrière la salle de bains 

 

 

 

 

Cécile Hug est représentée par la galerie PapelArt à Paris. 

PapelArt 

1, rue Charlemagne 75004


 @ Cécile Hug

23/01/2018
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment